The Internets

flux & contenux

Archive pour ‘censure’ tag

[Dixit] « La liberté d’enquêter ne doit pas être sans limite » Muriel Marland-Militello

avec un commentaire

Libération publie aujourd’hui une tribune de Muriel Marland-Militello, députée UMP des Alpes-Maritimes, intitulée « La liberté d’enquêter ne doit pas être sans limite ». Il y a quelques jours, la députée a dit vouloir déposer une proposition de résolution pour «définir un cadre strict au métier de journaliste»Selon elle, les médias doivent se garder des « excès de liberté ». Extraits :

La déontologie des médias est l’un des garants de la qualité de la presse et partant, de sa pérennité. En effet, une presse sans foi ni loi, qui recherche le scoop à tout prix, nivelle par le bas la qualité des contenus ; cette qualité des contenus est pourtant l’essence même de la presse française. Avec l’émergence des nouveaux médias, ce phénomène délétère, contre lequel je me bats, finira par rendre la presse traditionnelle inutile.

Pourquoi cette levée de boucliers dès que l’on ose parler de la presse ? Pourquoi recourir frénétiquement aux mots «censure», «encadrement», «régulation», quand il s’agit simplement de rappeler des règles et de défendre la vraie liberté de la presse ? Un élu de la nation ne peut-il pas parler librement de la presse sans être caricaturé, sans être diabolisé ? (…)

A l’Assemblée nationale, j’ai souhaité déposer une proposition de résolution, déclaration de principes qui possède une grande force symbolique. Par ce texte, je ne cherche pas à créer des normes nouvelles : l’arsenal juridique existe déjà. Par ce texte, je veux tout simplement rappeler des règles communément admises : la liberté de la presse est au cœur de notre démocratie et la sacralisation de cette liberté est d’autant plus légitime que son exercice respecte l’ensemble de nos règles humanistes. En se gardant des «excès de liberté»les médias se préserveront durablement de toute servitude, notamment celle qui résulte de la surenchère médiatique populiste.

A lire sur :« La liberté d’enquêter ne doit pas être sans limite »(Libération) (accès payant)

Par Astrid Girardeau

22 juillet 2010 à 11:20

[->] « On ne peut simplement pas donner un accès libre à Internet » (Jessi Slaughter/4chan)

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

20 juillet 2010 à 22:19

[->] De l’infraction au droit d’auteur à la censure

avec 2 commentaires

A lire sur : The Super Highway and censorship (Critica Pura)

Par Astrid Girardeau

13 juillet 2010 à 13:23

Dans [->]

Tagged with , , ,

[ExPress] L’Australie repousse d’un an son filtrage d’Internet

avec un commentaire

Hier, Stephen Conroy, le ministre australien des Communications et de l’Economie numérique, a annoncé de nouvelles mesures à son projet très controversé de blocage obligatoire d’une liste noire d’url par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Ainsi que son report d’un an. Une façon pour le gouvernement de se sortir de ce sujet « toxique » avant les élections fédérales qui devraient avoir lieu prochainement, commente ABC.

Selon ce plan, poussé depuis 2007 par le gouvernement travailliste au pouvoir, les FAI doivent bloquer une liste de contenus classés Refused Classification (RC) compilée et maintenue par une autorité gouvernementale, l’ACMA (Australian Communications and Media Authority). L’objectif annoncé est d’empêcher les enfants de tomber sur des contenus «dangereux et inappropriés». Mais d’autres types de contenus sont envisagés. «Les tests pilote filtreront les contenus interdits sur Internet de la liste noire d’ACMA, essentiellement de la pédo-pornographie, mais aussi d’autres contenus indésirables» expliquait Conroy en novembre 2008.

Hier, dans un communiqué (pdf), le gouvernement fédéral a indiqué qu’un examen de la classification RC serait conduit, suite à l’inquiétude de certains quand à la catégorie de contenus qui y seraient inclus. Selon le projet, la RC concerne tout ce qui pour objet «des abus sexuel impliquant des enfants, la brutalité, la violence sexuelle, y compris le viol, et des indications détaillées concernant la criminalité ou des drogues  et l’incitation à des actes terroristes». Mais, souligne ABC « en réalité, il n’existe pas du tout de définition claire de la RC ».

Depuis deux ans, ce plan est vivement critiqué dans le monde entier. En Australie, politiques, organisations, médias et l’opinion publique contestent une « censure » via entre autres des mouvements, pétitions et manifestations. « Le public doit avoir confiance dans le fait que les url de la liste, et la procédure par laquelle ils y arrivent, est indépendante, rigoureuse, libre de toute ingérence ou influence » a indiqué hier Conroy. Avant d’annoncer une série de mesures qui, dit-il, « aideront le public à avoir confiance sur le fait que seuls les contenus spécifiés par la légalisation seront bloqués ». Parmi ces mesures : un examen annuel de la liste par un expert indépendant, des voies de recours contre les décisions de classification ou encore la possibilité pour les parties lésées de faire réexaminer les décisions par le Classification Board.

Le ministre a annoncé qu’il n’y aura pas obligation de filtrage avant la fin de cet examen, qui devrait prendre un an. Une législation pourrait elle voir le jour avant la fin de l’année.

« La liste d’url de contenus RC donne un accès direct à du matériel relatif à des abus d’enfants. Elle ne peut être pas publiée comme une liste de titres de livres ou de films interdits peut l’être » a enfin declaré le sénateur Conroy. Faisant référence à la fuite, en mai 2009 sur WikiLeaks de la liste noire de l’ACMA, qui révélait que seules 32% des url était à caractère pédo-pornographique. Les autres 68%  concernaient des sites de poker, YouTube, Wikipedia, et le site d’un dentiste.

Par Astrid Girardeau

9 juillet 2010 à 11:24

[->] La censure sur Internet touche 1 internaute sur 4

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

1 juillet 2010 à 13:10

Dans [->]

Tagged with ,

[ExPress] Julian Assange (WikiLeaks) au Parlement Européen (vidéo)

avec un commentaire

Vidéo de l’audition de Julian Assange, lundi dernier, 21 juin, à l’invitation du groupe ALDE au Parlement Européen sur le thème « (Auto) censure les nouveaux challenges de la liberté d’expression en Europe ».

Source : El vídeo de Julian Assange (WikiLeaks) en el Parlamento Europeo (Nacion Red)

Par Astrid Girardeau

24 juin 2010 à 13:02

[->] « Censurer internet ne marche pas car il y a toujours des moyens de contourner » Frank La Rue (ONU)

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

17 juin 2010 à 20:41

Dans [->]

Tagged with , ,

[ExPress] Une étude sur le Deep Packet Inspection (DPI) et la censure

avec un commentaire

Dans une étude intitulée Deep Packet Inspection and Internet Censorship publiée sur le site Global Voices, Ben Wagner analyse l’utilisation de la technologie DPI (Deep Packet Inspection) à des fins de censure.

Selon lui, le débat autour de l’usage du DPI — tant par les fournisseurs d’accès Internet (FAI) pour la gestion de leurs réseaux que par les ayants-droit pour défendre la propriété intellectuelle — est directement liée à la question plus large de la neutralité du net et de la liberté d’accès à un Internet ouvert et libre. A côté de ce débat essentiellement économique, il ainsi pose la question de l’utilisation de cette technologie pour surveiller et censurer Internet. Après avoir décrit le DPI, et son utilisation par les acteurs privés et publics, Ben Wagner explique, en prenant les exemples de la Chine et de la Tunisie, comment il peut être utilisé non seulement pour surveiller, et filtrer les contenus, mais aussi, avec un niveau de granularité plus élevé, pour les modifier.

Source : Study: Deep Packet Inspection and Internet Censorship (Global Voices)
Source : Deep Packet Inspection and Internet Censorship (pdf) (Global Voices)

Par Astrid Girardeau

12 juin 2010 à 15:26

[->] La Chine publie un « livre blanc de l’Internet » et défend la censure

Laissez un commentaire

Source : La Chine publie un « livre blanc de l’Internet » et défend la censure (PC Inpact)

Source : The Internet in China (State Council Information Office of the People’s Republic China)

Par Astrid Girardeau

8 juin 2010 à 14:40

Dans [->]

Tagged with , ,

[->] Google arrête de censurer ses résultats sur Google.cn (Chine)

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

13 janvier 2010 à 8:59

Dans [->]

Tagged with , ,

[Edito] Le jour où l’Internet chinois s’éveillera (chez nous)

avec 6 commentaires

Deux fois en quelques semaines, c’est beaucoup.

C’est même trop quand il s’agit de citer comme référence les mesures de censure sur Internet appliquées par la Chine.

Cela a pu faire doucement rigoler quand le député UMP Jacques Myard a déclaré vouloir nationaliser Internet. «Les chinois l’ont fait» argumentait-il alors, tout en expliquant qu’avec «une batterie d’ordinateurs très puissants» on devrait bien pouvoir faire pareil et se protéger de la «mainmise» des Etats-Unis sur les réseaux.

Quand deux semaines plus tard, dans le New York Times, Bono cite à son tour la Chine en exemple, on ne sourit plus. On s’inquiéte. «Une décennie de partage et de vol de fichiers musicaux a montré à l’évidence que ceux qui en souffrent sont les artistes» écrit, le 2 décembre dernier, le chanteur de U2, mais surtout aujourd’hui homme d’affaires, créateur du fond d’investissement Elevation Partners qui détient notamment le magazine économique Forbesv. Partant de ce constat, il ne voit qu’une solution pour l’enrayer : surveiller les contenus sur les réseaux. «Nous savons par le noble effort de l’Amérique pour stopper la pédo-pornographie, sans parler de l’effort ignoble de la Chine pour réprimer la dissidence en ligne, qu’il est parfaitement possible de suivre le contenu».

A aucun point de vue, prendre l’exemple de la Chine, qualifié d’« ennemi d’Internet » par Reporters Sans Frontières pour son « leadership » en matière de répression sur Internet (censure, surveillance, blocage, emprisonnement, etc.), n’est défendable.

Récemment nous évoquions les craintes de Seth Schoen de l’EFF (Electronic Frontier Fondation) quant au glissement des pays démocratiques vers les pratiques chinoises en matière de contrôle et de surveillance d’Internet. «Si vous regardez les principales pratiques internationales dans ce domaine [le contrôle d'Internet], vous verrez que la Chine est fondamentalement en conformité avec la norme internationale »., expliquait en 2006, Liu Zhengrong, un officiel chinois en charge d’Internet, au New York Times. « Les principaux objectifs et les modalités d’application de nos lois sont essentiellement les mêmes ». Et Seth Schoen de s’inquiéter qu’il pourrait bientôt avoir raison au regard des restrictions sur Internet appliquées ou souhaitées, ces derniers temps, par un ensemble de pays démocratiques.

Bono a beau utiliser le qualificatif «ignoble», la référence est là. Dangereuse. Et inacceptable.

Par Astrid Girardeau

4 janvier 2010 à 20:29

[ExPress] RSF s’inquiète du contrôle d’Internet « au nom de la lutte contre la pédopornographie ou le téléchargement illégal »

Laissez un commentaire

Dans son rapport annuel 2009, Reporters Sans Frontières revient sur les nombreux cyberdissidents ou simples citoyens ayant été agressés, menacés, interpellés ou emprisonnés (110 actuellement) pour avoir exprimer leur opinion sur le net. Concernant la censure de sites, le Chine reste en tête, suivie de l’Iran, la Tunisie, la Thaïlande, l’Arabie saoudite, le Viêt-nam et l’Ouzbékistan. Mais le bilan ne se limite pas aux gouvernements autoritaires. La RSF réitère son inquiétude face à la volonté, de certains pays démocratiques, de mettre en place des « systèmes obligatoires de filtrage ». A propos de la censure sur Internet, elle écrit :

Les pays démocratiques ne sont pas en reste : alors que plusieurs États européens planchent sur de nouvelles mesures de contrôle de la Toile au nom de la lutte contre la pédo-pornographie ou le téléchargement illégal, l’Australie a annoncé son intention de mettre en place un système obligatoire de filtrage, dangereux pour la liberté d’expression.

Par Astrid Girardeau

2 janvier 2010 à 22:31

[Actu] Microsoft et Yahoo bloquent et filtrent le sexe en Inde

Laissez un commentaire

Yahoo, Flickr et Microsoft ont mis en place des systèmes de blocage et de filtrage afin d’empêcher les internautes indiens d’accéder aux contenus à caractère sexuel, rapporte le Guardian.

Depuis juin dernier, le moteur Bing de Microsoft filtre en Inde (mais aussi à Taïwan ou Singapour) les résultats de recherche sur les termes ayant rapport avec le sexe. Pour le tester, il suffit d’aller sur Bing et de choisir « Inde » en localisation (ce que, au passage, les internautes indiens peuvent faire à l’inverse). Une recherche de « sex » ou « porno » fait apparaître le message suivant : « votre pays ou région requiert une application stricte de Bing SafeSearch, qui filtre les résultats qui pourraient comporter des contenus pour adultes ».

A leur tour, depuis début décembre, le moteur de recherche Yahoo et le site de partage de photos en ligne Flickr (propriété de Yahoo) bloquent aux internautes indiens la possibilité de désactiver le mode « sécurisé ». Sur Flickr, on peut ainsi lire : « Si votre identifiant Yahoo! est basé à Singapour, à Hong Kong, en Inde ou en Corée. vous ne pourrez visualiser que le contenu sécurisé déterminé par les conditions locales d’utilisation (vous ne pourrez donc pas désactiver SafeSearch). Si votre identifiant Yahoo! est basé en Allemagne vous ne pouvez pas visualiser du contenu restreint conformément aux conditions d’utilisation locales ».

Lire la suite

Par Astrid Girardeau

30 décembre 2009 à 10:43

[ExPress] Le Canada censure deux sites parodiques de The Yes Men

Laissez un commentaire

Sur leur site, les deux activistes de The Yes Men rapportent que le gouvernement canadien a censuré leurs sites Internet parodiques « enviro-canada.ca » et « ec-gc.ca ». Dans la foulée, 4500 autres sites auraient été touchés.

Le 14 décembre 2009, en pleine Conférence de Copenhague, sur un site imitant celui d’Environnement Canada, le ministère en charge de l’environnement, les Yes Men diffusent un faux communiqué de presse dans lequel ils annoncent un virement radical de la politique canadienne à l’égard de la lutte aux gaz à effets de serre. Soit une cible de réduction des émissions de 40 % d’ici 2020 par rapport au niveau de 1990, alors qu’en réalité le gouvernement conservateur ne s’est engagé qu’à les réduire de 3%. Le canular crée la pagaille au sein de la délégation canadienne.

The Yes Men affirment que Mike Landreville d’Environnement Canada a envoyé au fournisseur d’accès Internet allemand Serverloft une lettre leur indiquant que ces deux sites sont « directement connectés à un canular qui trompe les gens en leur faisant croire que le gouvernement du Canada va prendre certaines mesures par rapport aux questions d’environnement. [...] Nous espérons que vous apprécierez l’importance d’éviter la confusion du public canadien concernant les affaires gouvernementales et que vous allez nous aider à empêcher que ce canular se propage davantage »

Lire la suite

Par Astrid Girardeau

29 décembre 2009 à 23:18

Dans [ExPress]

Tagged with , ,

[ExPress] Censure et surveillance du net, bientôt une norme internationale ?

Laissez un commentaire

Sommes-nous en train de glisser, doucement mais sûrement, vers des pratiques de contrôle et de surveillance d’Internet proches de celles de la Chine ? On ne parle pas ici de nationalisation à la Jacques Myard, mais de ces lois qui depuis quelques années fleurissent dans les pays démocratiques et tendent vers une main-mise toujours plus grande sur l’accès aux contenus. C’est ce que craint l’EFF (Electronic Frontier Fondation) dans un article appelant à la lutte contre la censure en Australie. Résumé.

En 2006, le New York Times expliquait que la République populaire de Chine défendait sa censure et ses pratiques de surveillance sur Internet en affirmant qu’elles n’étaient pas très différentes de celles employées par les États-Unis et des pays européens.

« Si vous regardez les principales pratiques internationales dans ce domaine, vous verrez que la Chine est fondamentalement en conformité avec la norme internationale » expliquait Liu Zhengrong, officiel chinois en charge d’Internet. « Les principaux objectifs et les modalités d’application de nos lois sont essentiellement les mêmes » [...] « Il est clair que les autorités légales de tout pays surveillent de près la diffusion d’informations illicites. Nous avons noté que les États-Unis font du bon travail sur ce front. »

Le Times notait plusieurs différences entre les restrictions d’Internet en Chine et dans les démocraties libérales. Mais des chercheurs nous ont montré que les gouvernements du monde entier, y compris en Australie, semblent désireux d’éroder ces différences. Les revendications des régimes non démocratiques consistant à dire que la censure d’Internet et les pare-feux nationaux sont une norme internationale généralisée pourraient bientôt sonner moins creux.

Par Astrid Girardeau

26 décembre 2009 à 16:05

[Etc.] What is your Censorship IQ ?

Laissez un commentaire

« Quelle est la raison la plus souvent invoquée pour censurer des livres utilisés dans les écoles publiques? », « Quel auteur a été le plus interdit aux Etats-Unis en 1999 et 2000? » « Combien de livres ont été attaqués en 2000 aux Etats-Unis ? «  En douze questions, What is your Censorship IQ? propose aux enfants de tester leurs connaissances en matière de censure et de liberté de lecture.

Découvert via biblioth|ê|thique, ce petit quizz est l’un des outils de kidSPEAK, un site américain destiné à sensibiliser les enfants à la censure et à leur faire connaître leurs droits. Chaque année, outre-atlantique, des centaines de livres sont attaqués afin de les faire retirer de la vente ou de la consultation (en bibliothèque, école publique, etc.). En 1999, Harry Potter cumulait à lui tout seul 472 plaintes, selon l’American Booksellers Foundation for Free Expression, une ong pour la protection et la promotion de la liberté d’expression aux Etats-Unis. KidSPEAK fut d’ailleurs créé en 2001 « en réponse à l’indignation exprimée par les enfants sur les efforts visant à censurer les livres Harry Potter », mais aussi parce qu’au même moment, une enquête, réalisée sur 100,000 lycéens, révélait que près de la moitié ne pensent pas que les journaux devraient pouvoir publier librement leurs articles sans autorisation du gouvernement.

Un quizz qui mériterait d’être repris et adapté en France.

Par Astrid Girardeau

21 décembre 2009 à 10:46

[Actu] La Russie, nouvelle censure ?

avec un commentaire

Le 3 décembre, une partie des clients de l’opérateur mobile russe Yota se retrouvent dans l’incapacité d’accéder à des sites de l’opposition. Par exemple celui de Garry Kasparov, leader du parti L’Autre Russie (kasparov.ru), Solidarity’s Rusolidarnost (rusolidarnost.ru)  ou le magazine The New Times (newtimes.ru) rapporte le Moscow Times. Immédiatement le mot « censure » apparaît sur de nombreux blogs. Les interrogations s’intensifient alors qu’il s’avère que d’autres utilisateurs de l’opérateur y ont toujours accès, et des que sites tel que kremlin.ru sont également inaccessibles pour certains. 

Il faut attendre quatre jours pour que Denis Sverdlov, directeur général de l’opérateur WiMax Skartel, qui gère la marque Yota, s’exprime sur le blog de la compagnie. Il nie bloquer ces sites. Par contre, il reconnait avoir reçu l’ordre d’empêcher l’accès à une liste de sites classés extrémistes par le gouvernement. Cette liste blanche, accessible sur le site du ministère de la justice, contient 29 url de sites dont Kavkazcenter.com, un site de rebelles tchétchènes.

Lire la suite

Par Astrid Girardeau

18 décembre 2009 à 8:44

Dans [Actu]

Tagged with , ,

[->] Les internautes chinois payés pour dénoncer les sites pornos

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

7 décembre 2009 à 17:22

Dans [->]

Tagged with , , ,

[Express] : “L’administration fait un réel amalgame entre homosexualité et pornographie”

Laissez un commentaire

« Les gays et les lesbiennes seraient-ils de plus en plus réduits au silence sur Internet? » se demande Raphaëlle Santini, sur le site Yagg. En effet, impossible pour les employés d’EDF, de France Télécom et de la SNCF ou pour les utilisateurs du wifi dans certains lieux publics d’accéder à certains sites gays ou lesbiens ». Selon Cyril Bauchais, président de Mobilisnoo, l’association LGBT de France Télécom/Orange : “l’administration fait un réel amalgame entre homosexualité et pornographie”. De son côté, l’auteur estime qu’au-delà de cet amalgame c’est « la vague de filtrage mondial » et « la tendance générale voulant réduire la sphère du privé sur le lieu de travail qui fait peur. »

A lire : « Filtrages sur le net: l’homosexualité victime de cyber-censure? »

Par Astrid Girardeau

1 décembre 2009 à 11:18