The Internets

flux & contenux

Archive pour ‘FDN’ tag

[ExPress] Neutralité du net, réseau NGN, DPI, etc.

Laissez un commentaire

Le fournisseur d’accès Internet associatif FDN (French Data Networks) (pdf), la Quadrature du Net (pdf), et la Ligue Odebi ont chacun rendu publique leur réponse au questionnaire de la Commission européenne sur la Neutralité du Net. La Ligue Odebi a envoyé un communiqué résumant sa position (pdf), axée sur la question de l’utilisation du Deep Packet Inspection (DPI) à des fins de Qualité de services (QoS) :

Le concept de Neutralité du Net, en provenance des Etats-Unis, en proie à un intense débat sur le rôle de la FCC dans un contexte de dérégulation qui leur est spécifique, masque une menace sur le respect du secret des correspondances.

La problématique cachée est celle de la mutation du réseau internet vers un réseau dit ‘NGN‘ auquel il serait conféré une certaine ‘intelligence’.

En pratique, cela signifie que les routeurs de ce futur réseau, via un procédé technique d’inspection du contenu des communications (DPI), serait capable d’acheminer ces communications de façon différenciée en fonction de leur contenu. Lire la suite

Par Astrid Girardeau

2 octobre 2010 à 20:01

[ExPress] « Internet » et « Illimité » dans les offres 3G : Orange et SFR assignés

Laissez un commentaire

Selon Marianne2, l’UFC-Que choisir s’apprêterait à assigner les opérateurs Orange et SFR pour leur interdire l’utilisation des mots «Illimité» et «Internet» dans leurs contrats relatifs aux offres  « 3G destinés aux téléphones mobiles et aux ordinateurs portables ». L’information a été confirmée à PC Inpact par Édouard Barreiro, chargé de mission TIC à l’association de consommateurs. Cela fait maintenant plusieurs années quel’UFC-Que choisir se bat contre l’utilisation de ces termes pour vendre des clés 3G ou des forfaits mobiles alors que, dans certains contrats, la VoIP, les newsgroups ou le p2p sont interdits et les forfaits plafonnés. Et en juillet dernier, l’association publiait une étude intitulée « Les fausses belles promesses de l’ « Internet illimité »".

En plein débat sur la neutralité du net, et des réseaux, PC Inpact souligne que cela pose la question d’une « définition juridictionnelle de ce qu’est exactement Internet » alors que la définition, publiée au J.O en 1999, parle d’un « réseau mondial associant des ressources de télécommunication et des ordinateurs serveurs et clients, destiné à l’échange de messages électroniques, d’informations multimédias et de fichiers. Il fonctionne en utilisant un protocole commun qui permet l’acheminement de proche en proche de messages découpés en paquets indépendants.» Pour Benjamin Bayart, président de FDN (fournisseur d’accès Internet associatif), il s’agit d’un réseau public, routé par le protocole IP, et constitué des systèmes autonomes reconnus par l’IANA. Et, selon lui, les opérateurs ne peuvent parler d’accès Internet car « ils ne fournissent pas d’adresse IP publique« .

Par Astrid Girardeau

15 septembre 2010 à 17:35

[ExPress] Le Conseil d’État rejette la demande de suspension de FDN contre Hadopi

Laissez un commentaire

Le Conseil d’État a rendu ce matin son ordonnance sur la demande, présentée par le fournisseur d’accès Internet associatif FDN (French Data Network), de suspension sur le décret 2010-872 du 26 juillet 2010 relatif à la procédure devant la Commission de Protection des droits de l’Hadopi. Et décidé de rejeter la requête de l’association. L’ordonnance émise par le Conseil d’Etat dit « pour résumer, que les moyens invoqués par FDN (danger financier pour l’association, absence de procédure contradictoire, …) ne sont pas de nature à faire naître un doute immédiat et sérieux sur la légalité du décret attaqué » résume Turb(l)o(g).Il précise que la procédure doit maintenant se poursuivre par un jugement de fond.

(maj) « Sur le recours sur le fond, il va falloir qu’on compile tous nos arguments dans un mémoire au Conseil d’État. Ensuite, il y aura à peu près deux ou trois mois pour que les différents ministères répondent. Ce sera probablement plié d’ici 6 ou 8 mois» explique Benjamin Bayart, président de FDN. Sur le blog du FAI, il a publié hier soir un billet racontant le déroulé et les coulisses de l’audience.

A lire sur : Le Conseil d’État rejette la demande de suspension de FDN contre Hadopi (PC Inpact)
Et : FDN & HADOPI, il faudra aller au fond (Turb(l)o(g))
Et aussi : Comment se passe une audience de référé au Conseil d’État (FDN)

Par Astrid Girardeau

15 septembre 2010 à 11:47

[ExPress] Neutralité : L’ARCEP rendra sa synthèse à la fin du mois

Laissez un commentaire

En mai dernier, l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) a lancé une consultation publique, accompagné d’un document (pdf) comprenant les « premières orientations », sur la question de la neutralité du net et des réseaux. Via ZD Net, on apprend que la « synthèse » issue de cette consultation sera publié d’ici la fin du mois de septembre.

Le site cite Nicolas Curien, l’un des membres de l’ARCEP : « la hiérarchisation des flux ou la notion d’accès premium n’est pas haïssable en soi mais elle ne doit pas se faire au détriment de ceux qui n’auraient pas d’accès premium. Par ailleurs, il s’agit de distinguer le fixe du mobile. La neutralité doit être la même selon les technologies mais la réalité est différente, les contraintes sont différentes, d’où la notion de gestion de trafic et de quasi-neutralité pour le mobile ».

Cela pose la question de la définition — et donc des limites et des régulations — de la neutralité d’Internet d’une part, et des autres réseaux de l’autre. Pour Benjamin Bayart, président du fournisseur d’accès Internet FDN, le document fourni par l’ARCEP donne une « explication claire de ce que sont les services gérés », en expliquant qu’il s’agit de canaux parallèles de celui qui supporte l’accès à Internet, qui peuvent permettre à l’opérateur d’offrir des garanties supérieures («premium») en termes de bande passante garantie, de perte de paquets, de temps de latence, etc.

L’Autorité souligne qu’historiquement entrent dans cette catégorie la VoIP, la télévision ou la VoD, mais qu’à terme, cette gamme « pourrait s’étendre à de nombreuses autres prestations nécessitant ou demandant une qualité de service privilégiée » tels les services audiovisuels en haute définition ou les jeux vidéo en ligne.  Si elle estime qu’il n’apparaît pas pertinent « ni de figer une liste des services gérés potentiels, ni de limiter les paramètres de qualité de service » sur lesquels les opérateurs peuvent jouer, l’ARCEP rappelle à plusieurs moment que cela ne doit pas être « aux dépens » de l’accès à Internet, et ne doit pas conduire « à la dégradation des autres trafics » et de la qualité de service de l’accès à l’internet des autres utilisateurs.

A propos de la notion « quasi-neutralité », on pourra relire un intéressant échange entre Benjamin Bayart et Nicolas Curien. Si ce dernier finit par dire que l’expression est « malheureuse », il estime qu’elle correspond mieux à la réalité et aux contraintes techniques, pratiques et légales : la gestion du trafic, la sécurité du réseau, mais également l’illicité de certains contenus.  « Je sais bien que le réseau ne sera pas infiniment neutre, parce qu’il faut bien traiter les pannes, (…) les engorgements, répond Benjamin Bayart. Il n’empêche que la légalité du contenu ne doit pas être traitée sur le réseau, parce que c’est trop dangereux. Parce que ça mène à des solutions de police automatisées, parce que ça mène immanquablement à des abus de pouvoir. Parce que c’est la porte ouverte au renversement de la charge de la preuve. Enfin parce que ça remet en question la liberté d’expression« .

A ce stade, l’ARCEP ne retient pas le principe de « neutralité seulement pour les contenus licites ». Elle rappelle que, si le FAI doit mettre en oeuvre les mesures prévues par la loi, il n’a pas, comme le prévoit la LCEN (article 6.7), « de sa propre initiative, à assurer le contrôle de la légalité des usages de l’internet ». Elle juge que la mise en place de dispositifs de « contrôles des contenus » – tels ceux prévus par la loi sur les jeux en ligne, la Loppsi et l’Hadopi — implique d’être « particulièrement attentifs, d’une part, au respect d’autres droits fondamentaux comme la protection de la vie privée ou la liberté d’expression et, d’autre part, au caractère très limité de la responsabilité des FAI ».  Car, selon l’Autorité, il n’est pas aisé « d’être assuré que certains systèmes de surveillance autorisés pour un besoin précis ne soient pas utilisés indûment à d’autres fins. En particulier, les techniques de «DPI» [Deep Packet Inspection ndlr] présentent des risques importants si elles sont utilisées sans les garde-fous adéquats« . Si elle se fait un peu plus réservée que le rapport dit NKM quand à un éventuel usage du DPI à des fins de surveillance des réseaux, elle ne l’évacue pas totalement non plus. Et elle envisage que seule une autorité administrative puisse décider de la licité d’un contenu, comme c’est le cas dans la Loppsi adoptée par le Sénat mercredi dernier, .

En plus de la synthèse, toutes les réponses (une cinquantaine) à la consultation devraient également être rendues publiques. Le document précise en effet que : « l’Autorité, dans un souci de transparence, publiera l’intégralité des commentaires qui lui auront été transmis ».


[->] FDN vs HADOPI au conseil d’état

Laissez un commentaire

A lire sur : FDN & HADOPI au conseil d’état (Turb(l)o(g))

Par Astrid Girardeau

8 septembre 2010 à 23:05

[->] Comprendre Internet en 6 heures et en vidéo

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

31 août 2010 à 9:29

[->] FDN attaque le décret « Procédure » d’Hadopi

Laissez un commentaire

Par Astrid Girardeau

11 août 2010 à 22:04

[ExPress] Où en est le recours de FDN devant le Conseil d’État ?

Laissez un commentaire

Début mai, le fournisseur d’accès Internet FDN et la Quadrature du Net déposaient un recours contre le décret relatif au traitement automatisé de données à caractère personnel, prévu par la loi Création et Internet, au greffe du Conseil d’État.

Ce décret a été « pris sans avis de l’ARCEP [l'autorité de régulation des télécommunications ndlr], alors qu’il porte sur les activités des opérateurs, et que l‘article L. 36-5 du Codes des Postes et Communications Électroniques indique qu’en pareil cas l’avis de l’ARCEP est obligatoire » expliquait alors Benjamin Bayart, président de FDN.

Près de trois mois après le dépôt du recours, ce soir, il fait un point sur le blog du FAI. Il semble que le requête n’a été transmise qu’aujourd’hui aux trois destinataires concernés : Ministère de la Culture, Secrétariat Général du Gouvernement, et Hadopi. Et leur délai pour répondre de deux mois. « C’est-à-dire qu’ils ont jusqu’au 29 septembre. Jolie collision de calendrier, la Hadopi parle d’envoi de premiers mails autour du 27 septembre« , conclue Benjamin Bayart.

.

Par Astrid Girardeau

29 juillet 2010 à 22:21

[ExPress] « L’ARCEP ne peut pas éluder la question de la liberté d’expression » selon FDN

Laissez un commentaire

Le 20 mai dernier, l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a lancé une consultation publique (pdf) relative à la neutralité d’Internet et des réseaux. Le fournisseur d’accès Internet indépendant FDN, présidé par Benjamin Bayart, publie aujourd’hui sa réponse. Après avoir souligné « la grande qualité du document proposé par l’ARCEP à la consultation », FDN soulève quelques points négatifs. Il indique notamment souhaiter qu’à côté des enjeux d’ordre économique et technique, l’ARCEP prenne en compte la liberté d’expression. Extrait :

Un point essentiel relevant de la neutralité du réseau est à notre sens trop peu analysé par l’Autorité : celui relevant de la liberté d’expression. Bien entendu, ce n’est pas le rôle de l’ARCEP que de défendre la liberté d’expression, mais cet élément d’analyse doit nécessairement être pris en compte dans les définitions et dans les conséquences qu’elles ont. En particulier, l’analyse de l’ARCEP sur les entorses déjà constatées à la neutralité du réseau peut sembler légère sur ce point. En effet, une analyse basée uniquement sur les facteurs économiques ou sur les facteurs techniques laisse de côté un point essentiel. Ainsi, pour juger de la gravité d’une atteinte à la neutralité du réseau
(cette atteinte étant bien constatée par l’ARCEP), on ne peut pas éluder la question des libertés fondamentales.

Selon nous, dans ses analyses futures sur le sujet, l’ARCEP sera bien en première ligne, chargée de constater ces manquements, et ne pourra pas se contenter de sanctionner des impacts économiques.

Par ailleurs, dans la lecture proposée par le document de l’Autorité des mauvaises pratiques déjà constatées, il nous semble qu’une mise en perspective de ces mauvaises pratiques avec les actions des différents régulateurs aurait été riche d’enseignements, même si parfois peu flatteuse. Par exemple, l’abus de position dominante / l’entrave à la concurrence que constitue le filtrage des services de VoIP par les opérateurs mobiles n’est pas nouveau, et constitue très probablement une infraction aux règles européennes et nationales depuis le début. Une analyse des défaillances qui ont amené à ne pas sanctionner ces pratiques pourrait s’avérer riche d’enseignements. De même que l’abus des termes «Internet» et «illimité» n’est pas nouveau : pour nous, cette fâcheuse pratique relève depuis le début de la publicité mensongère, le fait qu’elle n’ait pas été identifiée comme telle par les différentes autorités mériterait à notre sens une analyse constructive.

L’objectif n’est bien entendu pas que les différentes autorités publient une auto-critique sans intérêt, mais bien de comprendre quel déficit de régulation a pu amener à cette situation pour comprendre comment l’éviter sur les prochains marchés.

A lire sur : Réponse de FDN à la consultation publique de l’Arcep (FDN)

Par Astrid Girardeau

13 juillet 2010 à 14:13

[Actu] Traité de l’Art Juste de Fabriquer des Adresses Hypées

Laissez un commentaire

Le 8 mars 2009, dans une dépêche AFP, le cabinet de Christine Albanel, alors ministre de la culture,qualifiait la Quadrature du net de «cinq gus dans un garage qui font des mails à la chaîne». Ceci en réaction aux nombreux mails anti-Hadopi envoyés aux députés. Aussitôt, son porte-parole, Jérémie Zimmermann, rétorquait : « Internet et les technologies numériques, dont le cabinet de la ministre démontre sa méconnaissance totale dans cette loi imbécile, ont été en grande partie inventés par « des gus dans des garages » ! ». Quelques heures plus tard, la référence aux cinq gus avait disparu de la dépêche. Une histoire de longueur de texte, expliquait alors l’AFP.

Le surlendemain, un collaborateur de la ministre renchérissait : « Il s’agit juste d’un groupe de pression qui s’est emparé de cette cause de manière illégitime et qui fabrique des adresses IP pour envoyer des mails !»

Fabriquer des adresses IP donc.

C’est le sujet du « Traité de l’Art Juste de Fabriquer des Adresses Hypées », un petit recueil officiellement « sorti de la bibliothèque » du fournisseur d’accès Internet FDN (French Data Network). Imprimé de manière artisanale sur une presse typo à l’ancienne, et publié, en exemplaires limités, aux Editions des Voix de Garages, il décrit en langue françoise, et potacheries geek, les bonnes pratiques en la matière.

Extraits :

Souventement, on lira & même on pratiquera la fabrication tant honnie des adresses modernes. De celle-ci on ne traite pas ycelieu, pour ce qu’elle produit des adresses de peu d’usage, qui s’étiolent & pourissent en peu de temps comme chiabrenas de pucelles. celles expliquées en cestes pages, haulte matière&science profonde, dites hypées véritables, sont seules à même de résister au fléau ancien, Faillibus-aulniem, d’Altus-droopium filium (que les modernes appellent en langue françoise Failleure-aulne d’Haut-penaud fils) (…)

Doivent toujours estre écartés de l’atelier les ouvriers plus fous, niyais, resveux & rassotés, et tout particulièremnet ceux, connus des anciens comme Albanus-horribilis, qui ont travaillé dans les ateliers de phyltres & de décoctions malpropres aux échanges sains & réguliers. »

Le recueil sera sur le stand commun de FDN et de La Quadrature du Net aux prochaines RMLL (Rencontres Mondiales du Logiciel Libre) qui se dérouleront du 6 au 11 juillet prochain à Bordeaux.

Par Astrid Girardeau

1 juillet 2010 à 19:00

[ExPress] Hadopi : Egalité (des FAI et des abonnés) devant la loi ?

Laissez un commentaire

En tant que président du fournisseur d’accès Internet FDN, Benjamin Bayart revient sur les déclarations de certains membres de l’Hadopi affirmant que la Haute autorité aurait travaillé avec les FAI sur l’identification des adresses IP. Ainsi, jeudi dernier, lors de l’audition devant l’Assemblée nationale, Eric Walter, secrétaire général de l’Hadopi, déclarait : « Nous avons travaillé avec les opérateurs à l’automatisation d’un système d’échange de données, qui devrait rendre le coût de l’identification des adresses IP nettement moins élevé ».

« Je le dis tout net: FDN n’a pas été contacté, et n’est pas connecté à la HADOPI pour identifier les adresses IP » écrit Benjamin Bayart.

Aussi, il relève qu’à ce jour, il n’y a eu ni convention ou arrêté concernant l’interface d’interconnexion entre l’Hadopi et les opérateurs prévue à l’article 8 du décret 2010-236. Tout en rappelant les niveaux de sécurité « habituels » qu’une telle interface (« automatisée, informatique, permettant à partir d’une adresse IP et d’un horodatage, d’obtenir des données personnelles ») sur les abonnés requiert. Extrait :

Comme nous, FDN, n’avons pas été contactés, et n’avons travaillé sur rien, deux pistes s’ouvrent

Piste 1: une Haute-Autorité administrative, supposément indépendante, ment, ouvertement, sciemment, délibérément, à la presse. Et en fait, ils n’ont produit aucun travail, avec aucun FAI. Dans le dossier HADOPI, on en a tellement vu, que l’hypothèse est plausible, même si franchement osée.

Piste 2: la Haute-Autorité administrative a pris la liste des FAIs (où?) et a fait un choix stratégique dedans (comment?) de FAIs auxquels la loi s’imposerait (pas aux autres?), et a travaillé avec eux pour définir les protocoles techniques permettant l’identification des adresses IP, ainsi que le merveilleux protocole prévu par l’article 4 du décret 2010-236 attaqué par FDN devant le Conseil d’État. C’est-à-dire que la HADOPI aurait décidé que les abonnés de certains FAIs, étant plus égaux que les autres sans doute, sont dispensés de ses foudres.

A lire sur : Égalité devant la loi? (Blog de FDN)

Par Astrid Girardeau

30 juin 2010 à 8:47

Dans [ExPress]

Tagged with , , , ,

[Etc.] Noël : son sapin, sa bûche… et Internet

avec 2 commentaires

eff

Aaaahhh Noël.
Son sapin, sa dinde et « son esprit »… de Noël.
Un certain rituel, ou rituel certain, veut que la période de Noël soit synonyme de charité.
A côté du calendrier des pompiers et des étrennes pour la gardienne, l’homme moderne, la main sur le cœur, l’autre sur le portefeuille, consent alors à donner quelques sous à une association de bonne action. Alors pourquoi ne pas (aussi) partager lecaritas avec ceux qui œuvrent tous les jours pour informer, défendre, promouvoir, une certaine conception d’Internet ?

Petite liste non exhaustive (et ordre aléatoire) :

Lire la suite

Par Astrid Girardeau

16 décembre 2009 à 19:24